La revue SarrEglise

SarrEglise est la revue mensuelle de la communauté de paroisses de Sarreguemines. Une équipe de rédaction se réunit régulièrement. Editorial, mot du curé, annonces, dossiers, spiritualité, calendrier liturgique, autant d’informations utiles pour faire des liens dans la communauté.

En début de chaque mois, il est possible de trouver des exemplaires à acheter dans chacune des églises de la communauté de paroisses, au prix de 1,20 euros l’unité.

L’abonnement papier ou électronique comporte 10 numéros par an. La revue papier est soit envoyée par la poste, soit livrée à domicile par un diffuseur bénévole. Pour s’abonner, téléchargez le bulletin d’abonnement.

Edito de avril 2018 – mot du curé

Une année particulière

Avec la Saint Joseph enneigée et Pâques célébrée un 1er avril, nous pouvons relever que nous avons à faire à une année particulière. Cette particularité s’étend aussi au monde religieux, car c’est avec nos frères juifs que nous pourrons célébrer à la même date la fête de Pâques dans nos traditions respectives. Ainsi nous serons en plus grande communion encore, les églises chrétiennes et la communauté israélite.

Pâques est la source et le sommet de toute la vie liturgique de l’Eglise.

Nous fêtons dans la nuit pascale tout le mystère du don de Dieu, à la fois comme créateur – et c’est pourquoi la 1ère lecture de la vigile pascale est celle de la création du monde – et comme sauveur, sauveur du peuple d’Israël par le passage de la Mer Rouge, sauveur de toute l’humanité dans la passion, la mort et la résurrection de son Fils Jésus-Christ, anticipation de notre propre résurrection. C’est ce que dit la préface de Pâques :

« Vraiment, il est juste et bon de te glorifier, Seigneur, en tout temps, mais plus encore en ces jours où le Christ, notre Pâque, a été immolé. En détruisant un monde déchu, il fait une création nouvelle ; et c’est de lui que nous tenons désormais la vie qu’il possède en plénitude. C’est pourquoi le peuple des baptisés, rayonnant de la joie pascale, exulte par toute la terre, tandis que les anges dans le ciel chantent sans fin l’hymne de ta gloire ».

Cette dynamique qui unit création et salut peut être bien reçue aujourd’hui : prendre soin de la nature et lutter contre tous les ravages dont certains sont les conséquences de l’activité humaine, mesurer les risques et les décisions qui vont impacter les générations futures, respecter ce cadeau qui nous est fait pour le transmettre dans de bonnes conditions à ceux qui viendront après nous, est l’invitation permanente du pape aux hommes de bonne volonté. Cette attention et ce prendre soin découlent aussi de notre vision de Dieu et de l’homme créé à son image.

C’est pourquoi nous entendons St Paul affirmer :

« J’estime, en effet, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous. En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu.

Car la création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir.

Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu.

Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps. Car nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ? » (Romains 8,19-24).

Cette espérance se traduit aussi dans notre comportement les uns avec les autres, de notre
manière de prendre soin, à la suite du Christ, le Bon Pasteur et le Bon Samaritain, de ceux qui nous sont proches et dont nous nous rendons proches.

C’est également le souci de notre évêque que de promouvoir avec et par nous une Eglise de disciples-missionnaires pour le monde d’aujourd’hui.

Oui, Jésus-Christ est ressuscité ! Ce fut une bonne nouvelle qui a changé l’histoire du monde depuis 2000 ans. C’est une réalité qui est toujours aussi actuelle pour nous et pour tous nos contemporains.

Bonne et sainte fête de Pâques à chacun et chacune, ainsi qu’à vos proches, familles et communautés !

Abbé J Luc JOST +

Si vous voulez lire les numéros de SarrEglise des années passées ou quelques extraits des numéros les plus récents,  consultez le blog de SarrEglise.

Si vous voulez faire partie du comité rédacteur de SarrEglise, contactez Georges Heichelbech.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *